Chapitre 9 : un Noël inoubliable ! 1/2

Avertissement : L’histoire de Candy Candy et de tous ses personnages appartiennent à Kyoko Mizuki, les images à Yumiko Igarashi et le dessin animé à TOEI Animation.
L’histoire écrite ci-après est une fiction à but non lucratif.
ooo

La maison de Pony et Lakewood, mardi 24 décembre 1918

Candy était excitée comme une puce sur le dos d’un chien, Albert arrivait aujourd’hui et demain c’était Noël! Une semaine, ils allaient partager une semaine entière et Albert était en congé donc il serait tout à elle! Ils n’avaient pas passé autant de temps ensemble depuis les Magnolias et lorsqu’elle était encore au manoir à Chicago, il était toujours absent. Elle dormait mal depuis plusieurs jours à cette idée. De plus elle repensait à ce moment intime entre eux dans la salle des souvenirs lorsqu’Albert l’a embrassée d’abord sur sa tempe puis sa joue et enfin tout près de ses lèvres… Soupirs ! Oui, sur le coin de sa bouche ! A cette pensée, elle frémissait, ne pouvant s’empêcher d’imaginer davantage, … bien davantage… Albert avait réussi, elle était complétement la tête à l’envers pour lui comme elle ne l’avait jamais été. Sa façon de la courtiser l’avait complétement subjuguée et elle se languissait d’amour pour lui.

De son côté Albert passa sa dernière journée de travail très distraitement. Il n’arrivait pas à se concentrer, obligé de relire plusieurs fois les documents qu’il compulsait pour en comprendre le sens. Et lorsque Georges lui parlait il le faisait souvent répéter. Ils étaient seuls dans le bureau du manoir de Lakewood à liquider des affaires urgentes avant les congés de fin d’années.

– « Oui, qu’est-ce que tu disais Georges ? »
– « Vous semblez bien distrait aujourd’hui William ! »
– « Euh ! … Oui, en effet Georges … excuse-moi ! » dit-il un peu gêné de faire répéter une fois de plus son fidèle compagnon.
– « Avez-vous des préoccupations ? » En fait il avait deviné la raison.
– « Non ! … Non ! … Pas du tout ! Je suis juste un peu fatigué et j’ai hâte d’être en congé ! »
– « Et de retrouver Melle Candice… » Dit-il avec un petit sourire en coin.
– « Ah ! Georges, je ne peux vraiment rien te cacher ! … Tu sais que j’ai suivi ton conseil et ça a l’air de fonctionner !» Albert avait envie de partager sa bonne humeur, même si ce n’était pas son habitude de se confier, Georges l’avait vraiment aidé.
– « Je suis très heureux pour vous deux, William, Mademoiselle Candice et vous faites un très joli couple et vous avez l’air si heureux lorsque vous êtes ensemble ! »
– « Merci Georges mais il y a encore du chemin à faire !»
– « Et vous le parcourrez ensemble. »
– « Je l’espère ! Bon il faut se remettre au travail que l’on finisse au plus vite ! »

Enfin, la journée de travail fût terminée, il était 16h. Le temps d’une douche, il s’habilla de manière simple mais élégante, un pantalon noir, une belle chemise en soie bleu ciel toute neuve et un pullover noir, enfin un manteau noir, son écharpe blanche et des chaussures en cuir noir. Il avait fait charger les bagages dans la voiture et les cadeaux pour les orphelins. Il voulait pouvoir disposer de la voiture sur place donc il la conduirait lui-même. Il avait en tête de faire quelques balades romantiques avec Candy pour pouvoir se retrouver un peu seul avec elle en tête à tête. Albert voulait faire évoluer leur relation et profiter de ces quelques jours pour le faire, voilà pourquoi il était en même temps si nerveux et si pressé.

Candy s’était habillée avec attention, elle avait acheté pour ce réveillon de Noël, une robe toute neuve de couleur améthyste à manches longues bouffantes avec un décolleté en arrondie, resserrée à la taille. Des roses en tissus ton sur ton étaient placées en relief et ornaient le bustier avec un rappel dans le bas de la jupe qui s’arrêtait au niveau de la cheville. C’était une robe pour le soir pas trop sophistiquée, pas comme celles que l’on réservait pour les grands bals mondains et c’était tout ce qu’il fallait pour un réveillon de Noël à la maison de Pony. Cette couleur contrastant avec ses yeux leur donnait un éclat encore plus intense. Elle portait des escarpins à talons mais pas trop hauts. Enfin elle avait mis le pendentif en émeraude qui était devenu son bijou fétiche. Comme coiffure, elle avait relevé ses cheveux dans un chignon haut laissant échapper des boucles qui encadraient son visage. Elle s’était maquillée très légèrement, un peu de blush rose sur les joues et un soupçon de fard à paupières de couleur améthyste assortie à sa robe, juste de quoi magnifier la beauté de ses yeux. Ses longs cils noirs et naturellement recourbés n’avaient pas besoin de mascara. Chaque jour, depuis plusieurs mois et sur les conseils d’Annie, elle les enduisait légèrement d’une goutte d’huile d’amande douce pour entretenir leur beauté et les rendre plus soyeux. Enfin une touche de rouge à lèvres rose harmonisait l’ensemble.

Autre version :  Have Yourself A Merry Little Christmas – Sam Smith

Les enfants qui avaient mis leurs plus beaux habits jouaient et riaient, excités à l’idée de découvrir bientôt leurs cadeaux. Mademoiselle Pony et sœur Maria terminaient les derniers préparatifs pour dresser la table. Il y avait un beau sapin que Tom leur avait apporté dans la semaine. Candy l’avait décoré à l’aide des enfants avec des guirlandes scintillantes, des figurines qu’ils avaient fabriquées, on y trouvait des anges, des lutins, des sapins, des rennes, des boules multicolores et tout au sommet une belle étoile argentée. Les enfants avaient pendu chacun une grande chaussette à leur nom au-dessus de la cheminée et avaient commencé à entonner des chants de Noël, Douce nuit, Vive le vent d’hiver, mon beau sapin,… La pièce était gaie ainsi décorée. Les deux demoiselles se faisaient des signes discrets entendus à propos de Candy qui lorgnait à la fenêtre toutes les cinq minutes, se demandant « Comment va-t-il me trouver ? Ai-je bien choisi ma tenue ? Et ma coiffure ? Je sais qu’il aime quand j’ai les cheveux détachés mais pour un réveillon, je ne pouvais pas ! Que vas-tu penser de mon cadeau de Noël ? » Bref toutes les questions d’une femme amoureuse avant un rendez-vous galant! Enfin elle aperçût des phares, elle se précipita dehors tandis que Mademoiselle Pony s’exaspérait en lui disant « Candy, ton manteau ! » mais elle était déjà dehors.

Albert avait stoppé la voiture, il avait aperçu Candy dans le faisceau de lumière projeté par les phares, elle lui apparaissait comme une entité surréelle telle une nymphe. Elle était déjà à la portière quand il l’ouvrit. Elle se précipita dans ses bras ouverts comme elle l’avait toujours fait. Elle était enveloppée de sa senteur familière si masculine et de sa douce chaleur. Elle entendit sa douce voix qui lui susurrait à l’oreille, la faisant vibrer instantanément.

– « Bonjour ma douce !»
– « Bonjour Albert, j’étais si impatiente de te voir arriver ! »
– « Ça fait toujours plaisir de se voir désiré ! » dit-il avec un petit rire doux.
– « As-tu fait bon voyage ? »
– « Oui mais rentrons Candy, tu vas avoir froid, ce n’est pas raisonnable d’être sortie ainsi sans manteau ! » Dit-il en fronçant les sourcils et faisant la moue.
– « Je crois entendre Mademoiselle Pony » le taquina-t-elle en tirant la langue !

Mais en fait elle pensait « Dans tes bras je n’ai jamais froid, Petit Bert !» Il prit une valise et un sac, les cadeaux pour les enfants seraient installés plus tard dans la maison quand ils dormiraient.

Les gamins accueillirent le nouvel arrivant par des cris de joie et des rires joyeux. Les hommages et les courtoisies une fois rendus par l’ensemble de la maisonnée, tous les convives passèrent à table. Les trois femmes commencèrent à servir le repas. Au menu, il y avait une dinde farcie, accompagnée de maïs et de patates douces avec une sauce aux airelles. En dessert, une tarte au potiron, un « Christmas cake » et des cookies.

– « Miam, elle est délicieuse cette tarte, je suppose que ce n’est pas Candy qui l’a préparée ! » Dit Albert en faisant un clin d’œil, il était notoire que Candy n’était pas douée en cuisine lorsqu’ils habitaient aux Magnolias.
– « Oh Albert ! ça n’est pas gentil ! Je sais bien que j’ai fait plus d’une catastrophe dans le passé mais tu sais depuis j’ai fait des progrès ! Tu te souviens des livres de cuisine que j’avais achetés, eh bien en vivant ici je me suis exercée et en fait c’est moi qui l’ai faite cette tarte ! »
Albert manqua de s’étouffer avec un morceau, étonné qu’il fût. Mademoiselle Pony confirma en disant malicieusement:
– « Oui Monsieur Ardlay, c’est bien Candy qui l’a faite, elle s’entraine à cuisiner depuis quelques temps pour vous faire plaisir et vous impressionner! » Ils éclatèrent tous de rire sauf Candy qui rougissait toute gênée.
– « Oh Mademoiselle Pony !… » Répondit-elle.

Le repas se termina ainsi dans la bonne humeur, les rires et les chants. Puis ce fût l’heure du coucher, les enfants énervés étaient restés un peu plus longtemps que d’habitude. Les quatre adultes restèrent à discuter un moment de choses et d’autres tout en faisant la vaisselle. Albert avait insisté pour participer aussi. Ensuite ils sont allés chercher les cadeaux pour les enfants afin qu’ils les trouvent le lendemain matin en se levant. Vers 23h les deux demoiselles bien fatiguées par la journée se retirèrent pour aller dormir laissant nos deux amoureux seuls.

 

A suivre

 

Christmas Love from Albert and Candy and Friends

Merci à William Albert Andrew Fanpage

 

 

 

 

Que va-t-il se passer entre notre paire d’amoureux ? 😉

 

Remerciements pour tous vos commentaires et votre fidélité, Ms Puddle, Antlay,  en particulier bienvenue à García ainsi que tous les lecteurs même s’ils restent silencieux ! 😉

 

 

  1. Wow!! Christmas already? Well, in the southern part of the world some places are getting cold. 😉 But Candy Bert, you managed to describe the Christmas spirits very well, and of course how much Albert and Candy yearned to see each other. They both wanted to look their best right? 😛

    I particularly like how Candy couldn’t wait to welcome Albert, forgetting her coat. So she could cook now? 😛 At least she baked a yummy pie! 🙂 😀

    So they finally had some time to themselves? Just the two of them? Hmmm… 😛

    • Ha!Ha!Ha! Ms Puddle, I know there is a time shift! 😆

      Thank you for your review. I’m glad you’ve enjoyed the first part of the chapter! You’re absolutely right they both wanted to look their best! And yes Candy had improved her skills in cooking, she wanted to impress and surprise Albert and she succeeded because he almost choked on a mouthful since he was so surprised! 😉

      I let you see by yourself what will happen between them in the second part! 😉

      Take care of you my friend.

  2. Un saludo cordial Caramelo Bert.
    Que bonita es la Navidad cuando se comparte con personas significativas como Candy y Albert lo hacen y la forma tan bella que tiene usted de describirlo.
    Seré paciente y esperare el siguiente capitulo, el video me gusto y gracias por la bienvenida como una leal lectora.

    • Hola Vera Garcia!
      Muchas gracias! C’est bien normal d’accueillir comme il se doit les nouveaux lecteurs. 😀
      Votre gentil commentaire m’a vraiment fait plaisir. Comme je le disais à Antlay, je me suis servie de mes propres souvenirs d’enfance pour décrire cette joyeuse fête de Noël.
      Le prochain chapitre sera posté en principe la semaine prochaine 😉

  3. Bonjour Candy Bert
    Nous voici donc à Noël, cette merveilleuse fête si magique même pour nous car nous sommes toujours de grands enfants, du moins c’est mon cas ! 😀
    Ce chapitre est très bien décrit, j’imagine aisément Candy qui semble ravissante, la parure du sapin et Albert distrait puis qui manque de s’etouffer à table, très drôle !

    • Bonjour Antlay,
      En fait je me suis servie de mes propres souvenirs d’enfance pour décrire cette fête de Noël et oui nous sommes de grands enfants, c’est mon cas aussi même si c’est un peu hors saison! 😆

  4. Pingback: Chapitre 8 : A la mémoire d’ Alistair 2/2 - True Romantica

Répondre à ms puddle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*